[Bref Historique] Le premier terrain d’aviation des Emirats Arabes Unis

Dans Bref Historique, j’aborde de manière « succincte » mais pas moins simplifiée un pan de l’histoire aéronautique mondiale. Aujourd’hui on va parler du premier terrain d’aviation des Emirats Arabes Unis, un lieu chargé d’histoire qui fut implanté dès les années 30…

L’ancien aéroport de Sharjah (émirat de Sharjah), proche de la grande ville de Dubaï (émirat de Dubaï) aux Emirats Arabes Unis, est le premier terrain d’aviation puis aéroport du pays. Il reçoit son premier avion le 5 Octobre 1932. Les émirats régionaux n’étant encore à cette époque des protectorats britanniques, ce sont alors des avions britanniques qui furent les premiers à poser leurs roues sur le sable du désert.

S1460132.JPG
Publicité d’Imperial Airwys montrant un HP.42 de face (Al Mahatta Museum)

Sharjah n’était qu’une escale technique parmi tant d’autres afin de rallier l’aéroport de Croydon (Londres) à Karachi (actuel Pakistan, ex-Empire Britannique) afin de ravitailler les avions. En effet, les longs-courriers Handley Page HP.42 n’avaient qu’un rayon d’action de 805 km… Ces quadrimoteurs puissants, tous construits pour le compte de la compagnie britannique Imperial Airways, étaient capable de transporter 24 passagers dans une cabine luxueuse composée de sièges en osier comme on trouvait sur l’ex-bombardier français Farman F.60 Goliath de 1919. Les quatre moteurs étoile Bristol Jupiter XIF (9 cylindres) de 450 ch unitaire étaient un fort argument publicitaire pour l’époque : « Chaque avion d’Imperial a 4 moteurs pour la sécurité ».

Mais comment en est-on arrivés à ce premier atterrissage de 1932 ? Tout commença au début de XXème siècle. La région de Sharjah prend son essor avec la découverte des premiers gisements pétroliers qui feront la fortune des futurs Emirats Arabes Unis jusqu’à aujourd’hui encore. Ainsi, il devient de plus en plus intéressant pour l’Empire Britannique de nouer des liens forts avec ce protectorat en envoyant des employés extraire le pétrole. De plus, les britanniques avaient pour ambition de rallier Londres la capitale à toutes les grandes villes coloniales avec de grandes lignes aériennes, comme ils avaient déjà fait auparavant avec les lignes maritimes. C’est ainsi que se développe un réseau aérien de taille et une des routes les plus usitées de celui-ci est la routes vers les Indes. Or les aéronefs des années 20 étaient très limités en autonomie et ne pouvaient parcourir plus de 900 km sans avitailler. Ainsi, la route vers les Indes devait avoir de nombreuses escales techniques dont Sharjah.

S1460067
Handley Page HP.42W Hengist, avion-frère du Hanno (collection photo personnelle)

Aucun terrain d’aviation n’existait alors et ce sont des hydravions britanniques qui amerrirent dans des zones proche des grandes villes. Mais les hydravions ont des capacités de transport de matériel assez limités. De plus, il est plus difficile d’opérer des aéronefs depuis la côte, car encore plus soumis à la météo et aux facéties de la mer, que des avions atterrissant sur un sol dur. Ainsi, c’est en 1929 que le sultan de la région, Sheik Sultan bin Saqr, autorisa les britanniques à créer un terrain d’aviation. La Royal Air Force construisit un fortin avec le strict nécessaire : bloc technique, chambres de repos pour les pilotes et les passagers et les quartiers mécaniciens. La piste du nouveau terrain d’aviation ne se résumait alors qu’à un lac salé non balisé. En 1932, la compagnie Imperial Airways effectue sa première liaison en passant par Sharjah avec le Handley Page HP.42W Hanno (G-AAUD). Le terrain d’aviation prendra de l’importance jusqu’en 1934 où un appareil par semaine (toujours des HP.42W) se posait sur la piste et restait la nuit pour rallier les Indes puis l’Australie grâce à l’allongement de la ligne opérée par Imperial Airways.

L’aéroport prenant de l’importance dans les années 1930-1940, Sharjah devient pour des besoins aéronautiques la première station météorologique active dans les futurs Emirats Arabes Unis et Oman. De 1934 à 1977, date d’ouverture du nouvel aéroport international de Sharjah, la station n’a cessé de fonctionner et les bases de données sont toujours conservées.

S1460095 - Copie.JPG
Chasseur à réaction britannique de Havilland Vampire basé à Sharjah (Al Mahatta Museum)

L’aéroport de Sharjah et son histoire sont très liés à la British Royal Air Force. En effet, avant l’installation de l’aéroport en 1932, le 203ème escadron Royal Air Force inspecta la zone avec des hydravions bimoteurs de reconnaissance Supermarine Southampton dès 1929. En 1935, l’aéroport existant est utilisé comme escale technique par les bombardiers de reconnaissance Vickers Vincent pour permettre à la RAF de prospecter la zone vers le Sud afin de créer de nouvelles bases dans le Golfe. Ces opérations du 84ème escadron permirent notamment l’ouverture ou l’agrandissement des bases de Salalah (Oman), Masirah (Oman) et Khormaskar (Yemen). En 1940, pour les besoins de la British Royal Air Force, la piste est allongée et Sharjah devient véritablement une base RAF durant la Seconde Guerre Mondiale avant de reprendre ses fonctions aéroportuaires. 

S1460050.JPG
Nez de de Havilland Comet de la BOAC conservé au Al Mahatta Museum (collection photo personnelle)

En 1945, fin de la Seconde Guerre Mondiale, Sharjah restant en partie une base de la Royal Air Force, redevient un aéroport et même un hub aérien. En effet, la compagnie Gulf Aviation qui devint par la suite Gulf Air s’installe sur l’aéroport et opère des liaisons régulières depuis celui-ci avec différents types d’appareils à hélice. L’aéroport connut l’arrivée des appareils commerciaux à réaction avec les de Havilland Comet de la British Overseas Airways Compagny (BOAC).

S1460109.JPG
Maquette de l’aéroport historique de Sharjah (collection photo personnelle)

En 1960, l’aéroport a été agrandi d’un nouveau terminal. Cet agrandissement permet à l’aéroport de devenir une base d’entrainement pour pilotes en plus de ses fonctions aéroportuaires. Mais cet agrandissement n’est plus assez suffisant pour le trafic aérien dans la région, qui a bien changée et qui est devenue très importante. L’aéroport de Dubaï se situant à quelques encablures et construit en 1959 fait de la concurrence à ce petit aéroport ne pouvant plus s’agrandir à cause de la ville qui l’a rattrapé. C’est ainsi qu’en 1977 est ouvert le nouvel aéroport international de Sharjah et cet ancien aérodrome ferma définitivement. La piste a été engloutie par un boulevard et seuls subsistent des bâtiments dans un style militaire de fort et une tour de contrôle, rappelant l’histoire du lieu. A l’image de l’aéroport du Bourget en France, ce lieu chargé d’histoire est aujourd’hui un musée aéronautique, un des seuls aux Emirats Arabes Unis, depuis 1998. Avec une collection d’avions bien entretenue d’une des premières compagnies aériennes du Golfe, le musée dispose d’exemplaires rares mais tout aussi mythiques. Ce musée mériterait peut-être un autre article…

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s